L'Oise Agricole 09 avril 2015 à 08h00 | Par AGRA

L’Allemagne à l’offensive, la France en résistance

Angela Merkel a rappelé que le sommet européen s’est prononcé en faveur d’une conclusion d’ici la fin 2015. Les Américains poussent...sur l’accord transpacifique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Comission européenne

«Le Conseil européen a été très clair(…), les échéances pour la conclusion des négociations (avec Washington) sont fin 2 015», a rap-pelé le 4 mars Angela Merkel lors d’un point de presse à Bruxelles après un entretien avec le président de la Commission européenne,Jean-Claude Juncker. Réunis le 18décembre, les chefs d’État et de gouvernement des Vingt-huit avaient estimé que «l’UE et les

États-Unis devraient faire tous les efforts nécessaires pour conclure,d’ici la fin de 2015, les négociations sur un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement qui soit ambitieux, global et mutuellement bénéfique». Face au risque que la mise en place,par cet accord, d’un mécanisme de protection des investissements(ISDS), demandée par les Américains, ne permette aux multinationales de contester des politiques nationales devant des tribunaux d’arbitrage, la chancelière allemande s’est dit «persuadée que cet obstacle, comme d’autres,pourra être levé».

 

La France «ne cèdera pas»

 

«Nous avons d’emblée refusé que notre modèle alimentaire fasse partie des négociations : le marché européen restera fermé aux poulets chlorés ou au bœuf aux hormones. Nous ne céderons pas sur le haut niveau de protection environnemental, social et sanitaire,également en matière de bien être animal, car ces éléments sont au cœur du modèle français et européen», affirment, pour le gouvernement français, Stéphane Le Foll,ministre de l’agriculture, et Matthias Fekl, secrétaire d’État chargé du commerce extérieur, dans une prise de position sur le partenariat transatlantique publiée le 4 mars par Figaro Vox.

«Cette logique vaut aussi pour la protection de nos indications géographiques», ajoutent-ils notamment. «Cette protection de nos produits ne saurait trouver d’équivalent dans le système des marques commerciales, largement répandu dans le monde anglo-saxon (…).

Avec la Corée du Sud, l’Amérique centrale, le Pérou, la Colombie, ou plus récemment avec le Canada,nous avons été en mesure de faire reconnaître et protéger nos principales indications géographiques». Comme en écho à ces divergences,la Commission européenne vient de nommer un groupe de travail de haut niveau pour tenter de mieux coordonner les travaux liés à ces négociations. La Commission européenne a formellement adopté, le 4 mars, une décision deson président, Jean-Claude Juncker, sur la mise en place d’un groupe de commissaires chargé de coordonner les travaux sur les négociations de libre-échange entre l’UEet les États-Unis. .

Celui-ci comprend le premier vice-président, Frans Timmermans, le vice-président chargéde la croissance, l’emploi, l’investissement et la compétitivité, Jyrki Katainen, et la commissaire au commerce, Cecilia Malmström. De personnalités qui auront pour tâche, non d’aplanir les divergences politiques, mais au moins d’en tracer les issues possibles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui