L'Oise Agricole 22 mars 2018 à 09h00 | Par Dorian Alinaghi

Il est temps d’éradiquer la BVD

Le jeudi 22 mars, le GDS de l’Oise a présenté son ambition 2018, l’éradication de la BVD en présentant l’importance de la pose de la boucle préleveuse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
David Demarcy, président du GDS de l’Oise, lance le programme d’éradication de la BVD dans l’Oise.
David Demarcy, président du GDS de l’Oise, lance le programme d’éradication de la BVD dans l’Oise. - © Dorian Alinaghi

«Une lutte efficace contre la BVD ne peut s’envisager que si tous les éleveurs s’engagent ensemble à combattre le virus. C’est la raison pour laquelle, pour le bien-être des troupeaux, nous allons lancer un programme de lutte obligatoire d’éradication» exprime d’entrée, Jean-Michel Bonczak, directeur du GDS de l’Oise

C’est à la maison de l’agriculture, le jeudi 22 mars, que l’objectif du programme a été exposé. Il s’agit de stopper les pertes sanitaires et économiques liées à la BVD. Le programme vise à élever le niveau sanitaire en élevages et à garantir les débouchés commerciaux. La clé de l’éradication de la BVD repose sur la détection et l’élimination précoce des IPI (infecte permanent immuno-tolérant) avec une maîtrise des facteurs de risque. Aujourd’hui, de nouveaux outils de diagnostic permettent d’envisager une lutte collective déjà mise en place dans plusieurs pays européens.

De ce fait, est né le programme d’éradication de la BVD qui rassemble 19 départements du Grand-Est de la France. Ce plan s’axe sur trois bases : la phase active d’éradication, fin de la phase d’éradication et début de la surveillance, et la phase de surveillance et de préservation du statut de zone. L’objectif est de stopper les pertes sanitaires et économiques de la BVD, d’éviter les contaminations entre élevages, de faire chuter le nombre de bovins IPI le plus rapidement possible, de qualifier l’intégralité des bovins avec la garantie «bovin non IPI», et d’assurer la valorisation commerciale de nos bovins en France et à l’étranger

L’importance de la boucle

Des boucles préleveuses permettent un dépistage précoce en prélevant un bout de cartilage de l’oreille. Aujourd’hui, dans l’Oise, plus de 30 % des naissances sont dépistées en BVD par le biais des boucles préleveuses, c’est le seul moyen fiable et peu coûteux de détecter les animaux IPI précocement. Les analyses de sang étant de l’ordre de 5 à 10 fois plus chères et fiables qu’à partir de l’âge de 6 mois. Cela concerne environ 200 élevages bovins, soit plus de 20 % des élevages engagés. La première phase du programme consiste à poser des boucles sur tous les veaux avec une boucle préleveuse, qui est déjà agréée et validée depuis plusieurs années, une boucle d’identification normale ou, dans un futur proche, cela se fera électroniquement. Il s’agit de placer une boucle noire à gauche et une boucle blanche d’identification préleveuse à droite.

Suite à la détection d’animaux IPI, un plan d’aide et d’assainissement avec dépistage sanguin du pré-troupeau et éventuellement vaccination sera mis en place en collaboration avec les vétérinaires. Le GDS de l’Oise propose une aide de 100 euros par animal IPI jusqu’en juillet, 60 € après juillet, ainsi qu’une aide de 50 % des dépistages sanguins. Les 2,70 € par analyse sur cartilage seront donnés à tous les éleveurs cette année en déduction des cotisations de 2019.

Les phases de l’éradication durent entre 3 et 4 ans de dépistages auriculaires pour tous les éleveurs, il s’ensuit de 3 et 4 ans de surveillance sur lait et prophylaxie. Le kit de boucles BVD, proposé par le GDS de l’Oise, comprend une pince, les boucles et les enveloppes pour recueillir les prélèvements.

Quelques conseils

Concernant les dépistages à l’introduction (plutôt à la vente), ils ne seront obligatoires qu’après la validation d’un arrêté ministériel en cours. Aujourd’hui, avec l’augmentation des demandes de dérogation, le nombre d’animaux introduits dans les élevages sans prise de sang est en progression. Cela a conduit à la découverte récente d’infectés transitoires ou IPI achetés et diagnostiqués trop tard.

Qu’est-ce qu’un IPI ? Un bovin IPI est un animal qui porte et excrète le virus de sa naissance à sa mort. Il est la source principale de contamination des autres animaux. Un animal devient IPI lorsqu’il est infecte durant la gestation, entre le 30e et 125e jour.

Une femelle IPI peut même devenir gestante et, dans ce cas, elle donnera toujours naissance à un veau IPI. Contrairement aux idées reçues, l’animal IPI n’est pas toujours le plus chétif du lot. Un IPI peut atteindre l’âge adulte et vivre plusieurs années en apparente bonne santé.

Le voisinage est l’un des facteurs important contamination. Cela demande d’éviter les contacts avec d’autres troupeaux, surtout lorsque les animaux se trouvent en début de gestation. Cela passe par une concertation avec les voisins, la mise en place de doubles clôtures. De plus, le matériel doit être constamment nettoyé et désinfecté (bottes souillées, pinces, mouchettes, bétaillères…)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui