L'Oise Agricole 25 mai 2018 à 15h00 | Par Hélène Crevel

Forum des opportunités : des projets plein d’avenir !

Le 31 mai, 50 entreprises seront présentes au Forum des opportunités à Péronne (Somme). Autant de projets proposés aux agriculteurs pour développer leur exploitation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une cinquantaine d’entreprises et de partenaires seront ainsi présents le jeudi 31 mai à l’espace Mac-Orlan de Péronne, dans la Somme.
Une cinquantaine d’entreprises et de partenaires seront ainsi présents le jeudi 31 mai à l’espace Mac-Orlan de Péronne, dans la Somme. - © j.-c. gunter

Le concept n’est pas nouveau, mais il fait toujours recette. Depuis cinq ans maintenant, les Chambres d’agriculture organisent chaque année un Forum des opportunités. Le principe : mettre en relation des agriculteurs en recherche de projets d’avenir et des entreprises qui proposent justement des contrats et des solutions pour renforcer une production existante, mettre en place un nouvel atelier ou trouver des prestataires.

Une cinquantaine d’entreprises et de partenaires seront ainsi présents le jeudi 31 mai à l’espace Mac-Orlan de Péronne, dans la Somme. Les éditions précédentes du forum dans les différents départements des Hauts-de-France ont prouvé l’intérêt de ce type de rencontres, tant du côté des entreprises que des agriculteurs. Le forum permet en effet à chacun de rencontrer un maximum de contacts et de faire un tour d’horizon, en quelques heures seulement, des différentes voies de développement possibles. Une fois les contacts pris et le pied mis à l’étrier, il devient plus facile de passer à l’action.

Au menu ? Lait, œufs, pommes de terre, légumes ou encore viande bovine, ovins et semences. Mais pas que ! Le forum couvre en effet une large palette de thématiques : végétal, animal, agriculture biologique, circuits de proximité-agritourisme et énergie-biomasse. L’édition 2018 s’enrichit aussi d’un nouvel espace dédié à l’accompagnement des projets.

Afin de donner le maximum de clés aux agriculteurs pour aborder leur projet dans toutes ses dimensions, les Chambres d’agriculture ont invité cette année les partenaires des exploitations : banque, centre de gestion, accompagnement technique et sanitaire, main-d’œuvre… Nul doute que chacun trouvera chaussure à son pied !

2.500 ha de pomme de terre fécule à saisir !

Bruno Poutrain, directeur de la coopérative féculière de Vecquemont (Somme), n’en est pas à son coup d’essai ! Il sera à nouveau présent le 31 mai au forum des opportunités. Après sa première participation en 2015 à Amiens, il n’a pas hésité à rempiler : «C’est un lieu de rencontre convivial et plus efficace que des réunions de présentation où les échanges sont moins ciblés. Ce format permet d’échanger individuellement et d’envisager avec l’agriculteur si la production de fécule peut l’intéresser».

La coopérative recherche en effet des producteurs dans un rayon de 80 à 100 km autour de l’usine de Vecquemont, située à une petite quinzaine de kilomètres d’Amiens. «Il manque encore 2.000 à 2.500 ha afin de saturer l’outil de production», explique Bruno Poutrain. La pomme de terre fécule, très bon précédent blé, est intéressant d’un point de vue agronomique. Ne nécessitant pas d’irrigation, elle est aussi moins technique que la pomme de terre de consommation. Avec une marge entre 1.500 et 2.500 €/ha, c’est donc une production qui présente un réel intérêt. Alors, prêts à rejoindre les 800 exploitations déjà adhérentes ?

Légumes bio ou secs recherchent producteurs

La demande des consommateurs en légumes bio, origine France, est en augmentation constante et la production française ne parvient pas à accompagner cette demande. Bonduelle a la volonté d’accompagner cette demande en développant une gamme de légumes bio. «Dans ce contexte, nous avons démarré en 2017 dans la région la culture d’une vingtaine d’hectares de pois et de haricots. En 2018, c’est une centaine d’hectares qui seront cultivés, explique Arnaud Bardon Debats, directeur agricole chez Bonduelle. Les surfaces de légumes bio sont appelées à se développer pour répondre à la demande croissante.»

Tout l’enjeu est maintenant de localiser la production en Hauts-de-France. «Si nous ne parvenons pas à produire suffisamment localement, nous serons dans l’obligation de nous approvisionner dans d’autres régions», poursuit Arnaud Bardon Debats. La Bretagne et la Vendée sont déjà sur les rangs. Un fort développement des produits alimentaires à base de protéines végétales nous ouvre aussi l’opportunité d’une production régionale de légumes secs, en particulier lentilles, haricots rouges et blancs, et pois chiches. La région Grand-Est ne s’y est pas trompée et structure actuellement une filière autour de la lentille. Les agriculteurs des Hauts-de-France doivent donc se positionner rapidement, sous peine de voir s’échapper des opportunités de production de légumineuses, qui trouvent pourtant toute leur place dans les rotations. Bonduelle propose ainsi la mise en place d’essais autour de cette production. Si ces deux sujets vous intéressent, rendez-vous au forum le 31 mai.

Œufs bio, label ou plein air : demande croissante

Le marché de l’œuf alternatif (bio, label et plein air) est en pleine expansion. La demande est croissante et ne fera qu’augmenter, d’autant que le Ministre de l’Agriculture a annoncé en février dernier la fin de l’élevage en cage en 2022. Matines, spécialisé jusqu’alors dans cette production, se tourne maintenant vers les œufs alternatifs dont la part a déjà progressé de 10 % en un an. «Mais il nous faut accentuer encore la transition», explique Pierre-Yves Deleau, directeur régional chez Matines et ambassadeur auprès des éleveurs. Pour poursuivre son développement, l’entreprise mise sur sa marque Mas d’Auge, fraîchement labellisée «œufs plein air extra-frais des Hauts-de-France».

Un lien au terroir qui répond tout à fait à la demande des consommateurs. «La consommation d’œufs continue de croître en France chaque année de 1 à 2 %», indique d’ailleurs Thierry Quillet, directeur adjoint de Cocorette. «Historiquement positionné sur une production bio, plein air et label, Cocorette négocie avec les grandes surfaces des contrats. Nous pouvons alors garantir des débouchés aux producteurs, et ainsi sécuriser leurs revenus et leurs investissements», poursuit Thierry Quillet.

Les deux entreprises accompagnent les éleveurs et futurs éleveurs de A à Z : du montage du projet au suivi technique et sanitaire. Si vous voulez les rencontrer, rendez-vous au Forum des opportunités. Et pour ceux qui souhaiteront aller plus loin, rendez-vous également le 7 juin au centre de conditionnement Matines à Montdidier et le 26 juin pour la visite d’un élevage Cocorette, deux journées d’information organisées avec la participation de la Chambre d’agriculture, Cerfrance Somme et le Crédit Agricole.

En pratique

Organisé dans le cadre de la journée de l’innovation et de l’opportunité par les Chambres d’agriculture des Hauts-de-France, le forum des opportunités se déroule le jeudi 31 mai à l’espace Mac Orlan à Péronne (Somme).

Rendez-vous également le 31 mai à Aizecourt-le-Haut, à 5 minutes de Péronne pour l’e.day de la Ferme 3.0. Entrées gratuites. Programme et liste des entreprises présentes sur www.hautsdefrance.chambres-agriculture.fr.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui