L'Oise Agricole 24 novembre 2016 à 08h00 | Par Florence Guilhem

Filières biologiques cherchent agriculteurs

Le 30 novembre, l’Agriculture biologique en Picardie organise un Forum d’opérateurs biologiques, à Compiègne. Etat des lieux des filières et opportunités pour les agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Première édition du Forum d’opérateurs, à Conty, le 26 novembre 2015. Près de 1.500 visiteurs ont été accueillis.
Première édition du Forum d’opérateurs, à Conty, le 26 novembre 2015. Près de 1.500 visiteurs ont été accueillis. - © Florence Guilhem

L’agriculture biologique se porte bien, même très bien. En 2015 déjà, en Hauts-de-France, sa progression était de plus de 14%. Certes loin des 23% à l’échelle nationale, mais «du jamais-vu», selon Fanny Vandewalle, chargée de mission Filières à l’ABP (Agriculture biologique en Picardie). Fin 2015, 17.404 ha ont été convertis en bio dans les Hautsde-France par 613 producteurs.

Et cette tendance à la hausse continue de plus belle en 2016, avec 2.000 ha engagés en conversion bio sur l’ensemble des cinq départements de la grande région. Le potentiel de surfaces en conversion pourrait atteindre, lui, les 4.000 hectares, selon l’ABP.

Entre un intérêt économique qui se confirme, des prix plus stables et plus rémunérateurs, une recherche de cultures à forte valeur ajoutée, la crise de l’élevage depuis presque deux ans et la moisson catastrophique de cet été avec des cours des céréales en berne, la bio apparaît comme un secteur à investir pour de plus en plus d’agriculteurs.

Autre évolution : les mentalités. «Ce n’est plus une activité considérée à part ou pointée du doigt comme par le passé», commente la chargée de mission. Tous les indicateurs de croissance sont donc au vert concernant le secteur de la bio. Aussi, côté transformateur, la mutation est également en marche.

Le secteur de la bio est en train de s’industrialiser à grande vitesse sous l’impulsion d’investissements records. Plus de 80% en 2014 et plus de 5 % en 2015. Le marché français de la transformation bio dans le secteur de l’agro-alimentaire représentait en 2015 près de 3,5 milliards d’euros. Les coopératives s’engagent d’ailleurs pour aider les agriculteurs à passer en bio.

Ainsi, Lact’Union et Biolait, pour ne citer que ces exemples, proposent des primes à la conversion et des prix rémunérateurs. Le secteur se développant, les filières, en cours de structuration, recherchent donc des agriculteurs tentés par «l’aventure».

 

Filières et agriculteurs

Pour faciliter la rencontre entre les opérateurs et les agriculteurs, et forte du succès du premier Forum d’opérateurs, à Conty, l’an dernier, l’ABP a décidé d’organiser le même événement, cette fois-ci à Compiègne, le 30 novembre prochain. Vingt-sept opérateurs, toutes filières confondues, ont répondu favorablement à l’invitation de l’ABP, dont huit nouveaux.

Parmi ces nouveaux, Biofaçonnage, Agrial, Allaire, Leroux, Larrère, Pinguin, Pronatura et Marché de Phalempin. Ils étaient vingt-six l’année précédente. Leurs besoins sont les mêmes, soit augmenter leur capacité de collecte de produits bio. Ainsi, la coopérative Acolyance, qui s’est lancée dans la bio en 2011, cherche à développer des filières locales afin de garantir des débouchés en région. Soit dépasser les 5 500 tonnes collectés l’an dernier.

Biolait, premier collecteur de lait de vache bio, est prête à accepter de nouveaux adhérents, «selon les débouchés commerciaux», précise-t-elle. Le groupe Cocorette est à la recherche de 50.000 poules biologiques supplémentaires. Biocer est à la recherche à la fois de producteurs bio, de porteurs de projets à la conversion, de multiplicateurs de semences, céréales et oléoprotéagineux. Agrial, branches légumes, veut développer en bio le poireau avec des volumes importants et toute la gamme de légumes d’hiver…

«Plus qu’une mise en relation, le Forum d’opérateurs a pour ambition de tisser un espace de dialogue entre opérateurs au sein d’une filière et inter-filières biologiques. Convaincus que l’agriculture biologique doit se développer dans la coopération et qu’elle se raisonne à une échelle globale, légumes de plein champ, grandes cultures et élevage se côtoieront au cours de cette journée», précise Fanny Vandewalle.

Autrement dit, l’objectif est de structurer la filière. L’agriculture biologique est incontestablement à un tournant. Mais «il faut savoir vers où on va aller. Le défi des dix années à venir va être de structurer ce développement», rappelait Stéphane Le Foll, lors des Assises nationales de l’agriculture biologique, le 14 novembre, à Paris. Si la filière doit répondre à la demande croissante, «elle doit rester équitable, en rémunérant au prix juste agriculteurs et opérateurs à chaque maillon de la chaîne», indique Fanny Vandewalle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui