L'Oise Agricole 24 mai 2018 à 10h00 | Par Marie-Astrid Batut

Filière lait : promouvoir les produits et les métiers

Syndilait lance, le 1er juin, la 5e édition de la Journée mondiale du lait. L’objectif est de mettre en avant les produits et les métiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
3,6 milliards de litres de lait de consommation, soit 14 % du lait collecté en France, sont mis en bouteille ou en brique.
3,6 milliards de litres de lait de consommation, soit 14 % du lait collecté en France, sont mis en bouteille ou en brique. - © j.-c. gutner

«En 2017, avec ses 24,6 milliards de litres de lait collectés, la France était le deuxième pays collecteur de lait», rappelle ainsi Yves Legros, président de Syndilait. La collecte a baissé de 2,6 % par rapport à 2016. 3,6 milliards de litres de lait de consommation, soit 14 % du lait collecté en France, sont mis en bouteille ou en brique. De son côté, la balance commerciale a atteint les 218 millions de litres de lait, soit + 18,7 % par rapport à 2016. Les échanges se sont ainsi élevés à 123 millions d’euros (+ 15 % par rapport à 2016).

La baisse de la collecte française coïncide avec une baisse de la consommation française. «En 2017, les Français ont, en moyenne, consommé 49 litres de lait, soit une baisse de 3,8 % par rapport à 2016», souligne Yves Legros. Dans les grandes surfaces, les consommateurs ont acheté environ 2,4 milliards de litres de lait conditionné. Le marché du lait représente 13,8 % de l’ensemble des produits laitiers vendus en GMS, soit 2,2 milliards d’euros (- 1,7 % par rapport à 2016). De leur côté, les laits spécifiques (bio, laits pour enfants, vitaminés…) représentent un quart du marché des laits liquides. Ils enregistrent ainsi une hausse de 0,6 % des ventes. Celles de laits délactosés, par exemple, ont augmenté de 17,6 %. Cependant, le lait bio a enregistré un repli de 6,4 %. Pour Yves Legros, ce repli est imputable à un manque de disponibilité.

Une des raisons avancées par Syndilait pour expliquer le recul de la consommation des laits non-spécifiques est la réduction de la place du lait au petit déjeuner. Ce repas représentait, en 2016, 74 % des actes de consommation, contre 76 % en 2013 et 82 % en 2010.

La Journée mondiale du lait pour découvrir la filière

La filière s’est donc mobilisée afin de soutenir le marché. Syndilait fait ainsi partie du Comité du petit- déjeuner, afin de promouvoir ce repas, et donc la consommation de lait. La filière s’est également engagée à faire preuve de plus de transparence. En 2014, elle a lancé le logo «Lait collecté et transformé en France». Yves Legros rappelle que 60 % des Français sont attachés à l’origine. Il s’agit donc de mettre en avant l’origine France, pour rassurer les consommateurs. En 1999, Syndilait a également créé l’IPLC, Institut professionnel du lait de consommation. L’organisme organise des audits et des prélèvements afin de garantir le respect des standards de qualité. Les produits audités sont reconnaissables au logo «Garantie IPLC». Afin de faire la promotion de la filière, la Journée mondiale du lait est organisée pour la cinquième année consécutive. «Le lait est un produit noble qui doit faire face à la déconsommation. Il est donc important de montrer ce que sont nos métiers», signale Emmanuel Vasseneix, vice-président de Syndilait et président de l’IPLC.

L’objectif de cette journée est d’ouvrir les portes des usines et des élevages, afin que les consommateurs découvrent la manière dont est produit le lait ; de l’éleveur au conducteur de ligne, en passant par le chauffeur-ramasseur et le responsable qualité. Les consommateurs pourront découvrir toute la filière sur le terrain, du 26 mai au 6 juin. Huit laiteries, dans toute la France, ouvriront leurs portes. En 2017, la Journée mondiale du lait a attiré 20 000 visiteurs. Le Cniel investira la place de la République à Paris, du 1er au 5 juin, pour permettre aux citadins de découvrir la filière. En plus des visites, la Journée mondiale du lait s’installera également sur le web et les réseaux sociaux. Pour Emmanuel Vasseneix, il s’agit également de faire la promotion des métiers de la filière, qui est pourvoyeuse de 6 000 emplois directs et de 18 000 emplois indirects. «Il est important de faire découvrir tous ces métiers, car nous manquons de personnel dans la filière. Ce sont des métiers variés qui peuvent intéresser un grand nombre de travailleurs», ajoute le vice-président de Syndilait.

Portes ouvertes

- 26 mai : laiterie Lactinov, à Braine, dans l’Aisne

- 30 mai : laiterie Coralis, à Cresson-Sévigné, en Ille-et-Vilaine

- 30 mai : La Cité du lait Lactopole/Lactel, à Laval, en Mayenne

- 31 mai : laiterie LSDH, à Saint-Denis-de-l’Hôtel, dans le Loiret

- 1er juin : laiterie LSDH, à Varennes-sur-Fouzon, dans l’Indre

- 2 juin : laiterie Candia, à Lons, dans les Pyrénées-Atlantique

- 2 juin : laiterie Candia, à Vienne, en Isère

- 8 et 9 juin : laiterie Saint-Père, à Saint-Père-en-Retz, en Loire-Atlantique

Pour vous inscrire aux portes ouvertes de la laiterie la plus proche de chez vous : www.journeemondialedulait2018.com

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui