L'Oise Agricole 29 janvier 2015 à 08h00 | Par Oise Agricole

Farre : les agriculteurs doivent mieux communiquer

Le 17e colloque Farre s’est déroulé le 22 janvier à l’Assemblée Nationale, sur le thème de la biodiversité. Farre (Forum des agriculteurs responsables respectueux de l’environnement) est une association interprofessionnelle qui a pour vocation de faire connaître les différentes pratiques de l’agriculture durable.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Oise Agricole

Dans son intervention en ouverture de ce colloque, Luc Smessaert, président de Farre, a expliqué sa démarche pour défendre la biodiversité et promouvoir l’agriculture raisonnée : l’exploitation qu’il gère avec son frère est qualifiée Quali’Terre depuis 1999, et qualifiée au titre de l’agriculture raisonnée depuis 2002 ; cette qualification a été renouvelée l’an dernier. La biodiversité se traduit par la diversité des productions, avec plus de 10 cultures différentes, dont 40 ha d’herbe pour les vaches laitières, et le parcellaire comprend plus de 8 km de haies et 800 mètres de bandes enherbées. Une autre démarche environnementale est liée à un CTE signé en 2006, puis à un contrat avec le Conservatoire des sites naturels pour la préservation des orchidées sur des pelouses calcaires.

C’est donc avec beaucoup de conviction que, président de Farre depuis 4 mois, Luc Smessaert s’investit aussi dans cette responsabilité. Mais «dans un monde hyper instable où le prix du baril de pétrole varie de plus de 60 % en quelques mois, dans un monde hyper-capitaliste où le temps moyen de possession d’une action ne dépasse pas 12 secondes, dans un monde hyper médiatique où la violence est parfois le plus sûr moyen de faire de l’audience, nous savons tous qu’il ne suffit pas de porter des causes justes pour être entendus et compris ».

 

Il faut pourtant éviter cette «stratégie du passé, d’une agriculture sous cloche» qui conduirait à l’immobilisme. Il faut donc réagir et être force de propositions. Le président de Farre fixe trois priorités : tout d’abord, recréer les conditions d’un contact direct avec le citoyen, le consommateur et l’agriculteur : « j’en fais personnellement une priorité ».

Le second concerne les pratique pratiques agricoles pour lesquelles le réseau Farre va proposer une «boîte à outils des pratiques performantes et durables», un outil en ligne sur lequel nous reviendrons, qui permettra à la fois de démontrer que les pratiques ont évolué, et d’échanger entre agriculteurs pour tenter de faire mieux encore pour la protection de l’environnement, tout en étant économiquement performant.

Puis le troisième message concerne la communication vers le grand public : «inspirer confiance, convaincre l’opinion publique, renforcer notre influence reste des défis qui sont devant nous et que nous devons relever».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui