L'Oise Agricole 09 mai 2018 à 16h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé

«Donner un sens à notre travail d’agriculteur»

Éric Vast et Christelle Vidal ont développé une activité de ferme pédagogique à Cambronne-lès-Ribécourt, pour laquelle ils vont recevoir le label Bienvenue à la ferme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des centres de loisirs visitent aussi la ferme pendant les vacances scolaires.
Des centres de loisirs visitent aussi la ferme pendant les vacances scolaires. - © Dominique Lapeyre-Cavé

C’est le mariage entre deux passions qui a permis à leur projet d’accueil de voir le jour. Passionné d’agriculture, Éric, 50 ans, a finalement repris l’exploitation familiale de 70 ha après avoir été salarié. En polyculture (blé, orge, maïs, betterave sucrière), la ferme accueille aussi une vingtaine de vaches allaitantes, des Charolaises.

Christelle, professeur de théâtre pour enfants, travaille dans des écoles et aime le contact avec les enfants. Elle se rend compte que, bien que vivant en zone rurale, les enfants ne connaissent rien à l’agriculture, ne savent pas d’où viennent les aliments qu’ils gaspillent. De ce constat et de l’installation du couple dans la maison du corps de ferme, germe alors l’idée d’accueillir des enfants sur place. Une ferme, des animaux, un potager, le goût de l’animation et des contacts établis avec les écoles via le théâtre suffisent à bâtir le projet.

Au départ, Christelle intervient dans les écoles au travers une animation autour de la naissance de poussins dans les classes. Il s’agit dans un premier temps d’amener la ferme dans les écoles. Les enseignants émettent alors le souhait de visiter la ferme et la décision est prise par Christelle et Éric de transformer le corps de ferme pour accueillir de façon professionnelle les enfants. Ils suivent une formation qui leur confère le titre de ferme d’animation en attendant l’agrément définitif Bienvenue à la ferme. La sécurité des lieux est assurée, les allées sont rendues carrossables pour les enfants handicapés, des toilettes sèches installées, des salles pédagogiques aménagées dans les bâtiments.

Des animaux de toutes les races trouvent leur place pour la joie des visiteurs : des canards, des lapins angora, des cochons vietnamiens, des moutons, des volailles...

Un discours vrai

Pour Christelle, pas question de laisser penser aux enfants que la ferme est un zoo. «Il faut montrer que l’agriculture est une activité économique et que ce n’est pas parce que nous utilisons des animaux pour leur viande ou leurs poils que nous ne les aimons pas ou ne les respectons pas. Nous voulons montrer ce qu’est le cycle de la vie, la nature. Finalement, je me rends compte que les enfants le comprennent très bien, parfois mieux que leurs parents.»

À la Ferme de l’éveil, les enfants apprennent comment naissent les animaux, comment ils sont élevés, abattus ou épilés pour les lapins angora ou tondus pour les moutons. L’idée est de montrer des méthodes respectueuses des animaux et de la nature et le travail nécessaire à cela. «Aujourd’hui, la consommation est trop facile, on ne se pose plus de questions sur le comment les choses sont faites. Il faut remettre le travail en lumière» assure Christelle.

Pour la partie production végétale, même méthode. Christelle intervient dans les écoles au cours de quatre séances : les enfants sèment, puis repiquent les plantes. À la ferme, ils découvrent le potager, les plantes aromatiques, apprennent les nuisibles et les auxiliaires au jardin, le rôle des vers de terre. «On a aménagé une aire de pique-nique dans le verger et c’est aussi l’occasion de parler des fleurs, des fruits, des saisons.»

Pour ce qui est des vaches et du travail en plaine, c’est Éric qui s’y colle. «Il montre que les agriculteurs sont sensibilisés à la protection de l’environnement, qu’ils réfléchissent à leurs interventions, que tout est raisonné et raisonnable et que tout le monde peut pas faire du bio. Mais généralement, il n’a pas trop de questions à ce sujet» explique Christelle.

Des prestations variées

32 groupes ont été reçues à la ferme en 2017, pour une journée ou une demi-journée. De plus, ils sont intervenus dans 18 classes. Une zone de pique-nique couverte est utilisée les jours de pluie. Ce sont surtout des maternelles qui viennent, ce que regrette un peu Christelle car elle aimerait faire passer ses messages auprès d’enfants un peu plus âgés. Des groupes d’enfants et adultes handicapés viennent aussi nombreux, le contact avec les animaux étant primordial pour eux. Des centres de loisirs visitent aussi la ferme pendant les vacances scolaires, des journées spéciales famille sont prévues.

«Pour développer l’activité d’accueil, il est important de se faire connaître. J’envoie des mails aux écoles pour proposer plusieurs types d’activités et je tiens à jour le site internet et la page Facebook de la ferme de l’éveil. Les classes viennent parfois de loin. Cet été, je vais innover en proposant des stages d’une semaine pour les enfants de 4 à 12 ans. Découverte de la ferme et nombreuses activités manuelles au programme. De même, je vais organiser des stages théâtre pendant lesquels une journée sera consacrée à la ferme. Une proposition qui semble plaire» détaille Christelle.

Et puis, conséquence de tous les poussins nés dans les écoles et rapportés à la ferme, Christelle et Éric ont développé sur place une vente de volailles et d’œufs.

Infos pratiques

Ferme pédagogique : 6,5 € par participant pour une demi-journée, 11 € pour la journée entière

www.fermedeleveil.fr

fermedeleveil@gmail.com

Facebook Lafermedeleveil

Tél. 06 14 58 09 35

38 rue de la Mairie à Cambronne-lès-Ribécourt

Vente de volailles d’animaux élevés à la ferme avec une alimentation saine et locale. Pour le lien vers les ateliers : https://madmagz.com/fr/magazine/1247676#/

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui