L'Oise Agricole 05 avril 2018 à 08h00 | Par Vincent Fermont

Des défis à relever à plusieurs

La Draaf* Hauts-de-France mise sur le collectif pour accompagner un développement de pratiques agricoles plus acceptables sur le plan écologique et viables économiquement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Marie Brizard-Pasquet, agricultrice en Mayenne a constaté la longueur d’avance prise  dans les Hauts-de-France pour le développement de l’agroécologie.
Marie Brizard-Pasquet, agricultrice en Mayenne a constaté la longueur d’avance prise dans les Hauts-de-France pour le développement de l’agroécologie. - © agence de presse

Le premier séminaire régional consacré à l’agroécologie, qui s’est tenu le 3 avril dans l’Arrageois, a été l’occasion pour la Draaf des Hauts-de-France et ses partenaires (Région, agences de l’eau Artois-Picardie et Seine-Normandie) de présenter un nouvel appel à projet pour accompagner des démarches de développement de l’agroécologie.

Face à elles, les représentants de structures d’accompagnement des agriculteurs - Chambre d’agriculture, Geda, Bio en Hauts-de-France, GIEE, Apad, coopératives et Cuma - n’ont pas perdu une miette des dispositifs régionaux qui leur permettent de financer des initiatives entrant dans ce champ. Les projets portés de manière collective sont largement encouragés.

Priorité aux groupes

En s’adressant aux collectifs locaux d’agriculteurs, selon Luc Maurer, directeur de la Draaf des Hauts-de-France, ce nouvel appel à projet traduit la volonté des financeurs (agence de l’eau Artois Picardie, agence de l’eau Seine-Normandie et État), «de mieux articuler leurs mesures en faveur des collectifs pour les rendre plus lisibles et plus efficaces». Il s’agit également d’un appel à projets unique pour les deux bassins, même s’il comprend plusieurs entrées.

Le premier volet s’adresse aux Groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) dont les travaux portent sur la recherche d’autonomie, la vie des sols ou la réduction des intrants. Le second volet s’adresse quant à lui à des collectifs d’agriculteurs engagés dans la transition agroécologique via des démarches de réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques. Ceux-ci devront par exemple s’engager à respecter les objectifs du plan Ecophyto 2 ; autrement dit, la réduction de l’utilisation des produits phytos de 25 % d’ici 2020 et de 50 % d’ici 2025, en privilégiant une approche système.

Enfin, un troisième volet groupes émergents vise à accompagner des groupes d’agriculteurs en formation qui souhaitent construire un projet de réduction significative des produits phytosanitaires, ou qui portent un projet de changement de pratiques. Pour cela, les exploitations candidates devront être au moins cinq et répondre à un certain nombre d’autres exigences concernant leurs pratiques et leur engagement.

Engagée dans le plan Ecophyto 2, l’agence de l’eau Artois Picardie s’est vue attribuer en 2016 une enveloppe additionnelle de 3 millions d’euros (M€) par an pour participer au financement de l’investissement dans les exploitations agricoles. En parallèle à cet appel à projet, l’agence a profité de l’occasion pour rappeler la mise en place de son propre appel à projet qui se veut complémentaire à celui de la Draaf.

Des aides pas toujours sollicitées

Du côté des Hauts-de-France, on rappelle l’existence de mesures destinées à soutenir les investissements agricoles, en particulier s’il s’agit de mesures permettant de développer l’agroécologie. «En 2017, la Région a consacré 4,3M€ à l’agroécologie, dont 25 % pour la recherche et le développement et 21 % pour le conseil», a rappelé sa vice-présidente à l’agriculture, Marie-Sophie Lesne. Que l’on soit dans le versant nord (ex-Nord-Pas de Calais) ou sud (ex-Picardie), les mesures régionales d’accompagnement au développement de l’agroécologie figurent dans le programme de développement rural (PDR).

Les autres dispositifs, plus connus mais pas forcément sollicités, sont les mesures agroenvironnementales et climatiques (MAEc). Nouveauté en ce qui les concernent : un portail cartographique permet désormais d’identifier les parcelles éligibles ou non à leur obtention, et rend ainsi plus facile leur utilisation.

Ghislain Gosse, président d’Agrotransfert
Ghislain Gosse, président d’Agrotransfert - © Agence de presse

Des grands témoins impliqués et impressionnés

Pour réaliser des synthèses à mi-parcours du séminaire sur l’agroécologie qui s’est tenu mardi à Artois Expo, deux grands témoins ont été invités à partager leurs réflexions. La première, Marie Brizard-Pasquet, est agricultrice en Mayenne et reconnue comme pionnière en matière d’agroécologie dans sa région.

Le second n’était autre que Ghislain Gosse, président d’Agrotransfert, l’institut de recherche installé à Villers-Cotterêts (80) chargé d’établir des passerelles entre les agriculteurs et les chercheurs en agriculture. Après que la matinée de ce séminaire ait servi à rappeler que le développement de l’agroécologie passe forcément par des organisations collectives, Marie Brizard-Pasquet constate avec bonheur que «tout est présent dans cette région pour avancer. Les collectifs sont là, la Draaf joue à fond son rôle de locomotive, il y a déjà des projets et des dynamiques en marche…» De la même manière que Ghislain Gosse, elle considère aussi que l’appropriation des connaissances en agroécologie par les agriculteurs est «essentielle».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,