L'Oise Agricole 02 février 2018 à 09h00 | Par Dorian Alinaghi

Des coquillages, des boutons, de la nacre, découvrez l’empire Potelle

Le musée de la Nacre et de la Tabletterie, situé à Méru, met en lumière, lors d’une exposition temporaire, la famille Potelle. Elle a réussi à donner le titre de noblesse de «capitale internationale de la nacre» à la ville de Méru.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Agrandissement d’une photographie de Daniel Melin-Potelle triant les coquillages vers 1950, d’après un original en collection privée. (© Dorian Alinaghi)

l est temps de boutonner votre chemise et de venir découvrir la famille Potelle. À Méru, le musée de la Nacre et de la Tabletterie relate la vie de cette grande dynastie. Celle-ci permet également de relater tous les enjeux sociétaux, qui sont toujours d’actualité, et l’histoire de la tabletterie à partir du XIXe siècle jusqu’à la fin du XXe siècle.

Ouverte jusqu’au 27 mai 2018, cette exposition temporaire, L’ascension d’une famille de boutonniers, retrace trois parcours individuels, ceux de Jules, Marie et André. Ils avaient réussi à implanter trois usines dans la commune à des époques différentes. «Cela a duré près de 5 mois afin de rassembler toutes les informations En s’appuyant sur de nombreuses archives privées, photographies, lettres et témoignages, des livres de comptabilité, des cartes postales, des photos de famille dénichées aux archives départementales…» explique Florentin Gobier, le directeur. «Le but est de faire une exposition monographique, c’est-à-dire sur un sujet et ici il ne s’agit pas d’une personne mais d’une famille. L’idée était de réaliser un travail autour des nouvelles acquisitions du musée. De plus, les familles de boutonniers étaient considérées comme importantes à l’époque. Il faut savoir que les boutons, faits main, étaient un accessoire de mode ou bien considérés comme un bijou.»

La guerre des boutons

Les visiteurs commencent donc leur périple à Fricourt, dans la Somme, lieu d’origine du clan Potelle. Ils découvrent ainsi l’arbre généalogique de la famille. C’est alors que Jules Potelle s’installe à Andeville et rachète une manufacture de boutons à Méru.

«Venant d’une famille d’ouvriers, on peut apercevoir dans l’exposition que les Potelle avaient une âme paternaliste pour leurs ouvriers. Comme l’empire de la nacre prend de l’ampleur, les autres frères et sœurs de Jules viennent s’installer à Méru. C’est alors que le nom de Potelle va rayonner sur tout l’Hexagone» souligne Florentin Gobier.

De plus, les Potelle ne faisaient pas dans la demi-mesure, leurs boutons avaient également une notoriété internationale. Les principaux lieux d’expédition pouvaient aller d’Amsterdam à Moscou jusqu’à Alger. Leur ascension apparaît à ce titre exemplaire et permet de saisir les nombreux bouleversements sociétaux de l’époque.

Suivant le mouvement de croissance du secteur industriel, les usines Potelle se développent à des périodes et rythmes différents. En effet, le deuxième acte de l’exposition est consacré à Marie et son époux Alfred qui fondent la société Melin-Potelle. Ils ont voulu faire évoluer la gamme des boutons en fonction de la taille, de la couleur, mais aussi pouvant être destinés aux bottines.

La suite de l’exposition suit la trace d’André, neveu de Jules et de Marie. Malgré la diversification des produits, comme l’utilisation de la coque d’un coquillage pour en réaliser des boucles d’oreilles, l’ère de la révolution industrielle avec le développement des machines remplaçant l’homme, l’arrivée du plastique et la concurrence importante des pays asiatiques, ont sonné le glas de l’empire Potelle.

Pour terminer l’exploration Potelle, le musée met à disposition une collection et une vente de bijoux de nacre créés sur place. Les colliers, bagues et autres accessoires sont confectionnés sur place.

Julie Riou, la responsable de la boutique, et le directeur Florentin Gobier ont voulu valoriser le savoir-faire des tabletiers. Les prix allant de 15 à 250 euros, afin que cela soit accessible à tous, on peut même observer sur certains bijoux un insecte gravé, la libellule. Cet odonate est l’un des symboles de la famille Potelle. Il est donc temps de faire un voyage dans le temps, celui concernant les boutons de nacre.

Pogrammations

Visites guidées de l’exposition (1 h) - 7 €.

Sur réservation au 03 44 22 61 74 ou à contact@musee-nacre.com :

- dimanche 11 février à 11 h

- dimanche 4 mars à 16 h

- dimanche 8 avril à 11 h

- dimanche 6 mai à 16 h.

Conférences Les multiples visages de la famille Potelle suivies d’une visite guidée par Florentin Gobier, commissaire de l’exposition et directeur du musée (2 h). - gratuit

- Jeudi 12 avril à 18 h 30

Parcours dans Méru Sur les traces des Potelle (2 h) - 7 €

Sur réservation au 03 44 22 61 74 ou à contact@musee-nacre.com

- dimanche 25 mars à 15 h 30

- jeudi 17 mai à 14 h 30.

Groupes scolaires et périscolaires, tous niveaux.

Sur réservation au 03 44 22 61 74 ou à clouvet@musee-nacre.com.

Détail du programme sur demande.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,