L'Oise Agricole 05 janvier 2018 à 09h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé

Des boulangers de l'Oise participent à la galette solidaire

L'entreprise Panessiel, fabricant de fèves, en partenariat avec le Secours populaire français, lance la 3e édition de la Galette solidaire dans les boulangeries françaises. Ravivant la tradition de la part du pauvre, les artisans-boulangers s'engagent à reverser un don au Secours populaire français pour chaque galette des rois vendue.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Guénolla et Nicolas Bohuon présentent la Galette solidaire qu'ils vendent au profit du Secours populaire dans leur boulangerie-pâtisserie de Bornel.
Guénolla et Nicolas Bohuon présentent la Galette solidaire qu'ils vendent au profit du Secours populaire dans leur boulangerie-pâtisserie de Bornel. - © Dominique Lapeyre-Cavé

Dans l'Oise, ils sont deux à avoir répondu à la demande : la maison Delisinel à Ribécourt-Dreslincourt, tenue par Maria et Stéphane Sinel, et la boulangerie-pâtisserie GN de Bornel, avec Guénolla et Nicolas Bohuon.

Jusqu'à la fin du mois de janvier, la boulangerie-pâtisserie GN célèbre l'Épiphanie autour d'une galette solidaire. Cette boulangerie participe à cette opération de solidarité pour la première fois. Elle s'engage à reverser 1 euro par galette des rois vendue au Secours populaire français pour venir en aide aux plus démunis. Le prix de vente de la galette n'est pas augmenté pour autant, ce sont les boulangers-pâtissiers qui rognent sur leur marge.

Installés depuis 4 ans à Bornel, Nicolas et Guénolla ont répondu positif à la proposition de leur fournisseur de fèves, l'entreprise Panessiel. «Ils nous avaient déjà fait de jolies fèves les années passées et on voulait quelque chose d'original. Cette initiative nous a tout de suite plu car nous avons déjà un partenariat avec les Restos du coeur pour les invendus. Il y a trop de gaspillage alimentaire et pas assez de générosité» explique Guénolla.

Sans doute son ancienne fibre sociale puisqu'avant de reprendre cette boulangerie-pâtisserie, elle travaillait comme conseillère en économie sociale et son époux, Nicolas, était chef de cuisine. Ils habitaient alors Orry-la-Ville et avaient envie de développer ensemble une activité qui leur permette de passer plus de temps avec leurs trois enfants.

Le choix d'une boulangerie-pâtisserie s'est fait et Nicolas a dû passer un CAP boulangerie et un CAP pâtisserie en formation adulte. Ils ont cherché ensuite le commerce qui répondait à leurs critères : un village, mais pas trop petit, un logement suffisamment grand pour loger la famille. Et c'est à Bornel qu'ils ont trouvé leur point de chute, même si le changement géographique a été difficile, notamment pour les enfants.

À leur arrivée, ils ont refait la façade et ont rafraîchi le magasin, un peu trop rustique. Ils ont surtout développé un choix de pains spéciaux grâce à leur principal fournisseur, les Moulins de Char. Ce qui a attiré une nouvelle clientèle, plus soucieuse de qualité et de variété nutritionnelle : pain d'épeautre, sans gluten, au maïs... Un beau succès, constaté dans le chiffre d'affaires, en hausse. À 38 ans et avec 4 ans de recul, Guénolla et Nicolas sont donc heureux de leur installation, malgré la concurrence de chaînes de boulangerie à Méru et bientôt à Chambly.

Ils emploient un boulanger, un pâtissier et deux vendeuses à plein temps pour garder du temps pour leurs enfants de 8, 11 et 14 ans. Ils accueillent aussi deux apprentis, un en boulangerie et un en pâtisserie.

Une opération qui se déploie

À l'initiative de l'entreprise Panessiel, spécialiste des fèves personnalisées, cette 3e édition de la galette solidaire mobilise plus de 80 artisans-boulangers dans toute la France. «Cette année, grâce à l'engagement grandissant des artisans-boulangers, nous espérons récolter près de 100.000 euros de don pour le Secours populaire français» indique Jean-Michel Rojat, gérant de l'entreprise Panessiel. Après les traditionnels festins de Noël et Saint-Sylvestre, c'est au tour des galettes et brioches des Rois de venir régaler les papilles. En France, 9 français sur 10 en partageront une avec des amis, entre collègue ou en famille. 85 % de la population fête l'Épiphanie (sondage OpinionWay) et 30 millions de galettes sont vendues chaque année. Autant dire que la galette, qu'elle soit briochée, à la frangipane ou autre spécialité est devenue l'incontournable gourmandise du début d'année.

De leur côté, Guénolla et Nicolas Bohuon, en participant à cette opération, espèrent récolter 1.000 euros pour le Secours populaire puisqu'ils vendent environ 1.000 galettes tous les ans. Ces dernières sont parfumées à la crème d'amande ou aux pommes et se déclinent en individuelle, 4, 6 ou 8 parts.

«Avec cette opération, nous ne vendrons pas plus de galettes, mais nous aurons le sentiment d'avoir participé à une belle opération de solidarité très simple à mettre en oeuvre. Cela ne coûte rien et nous espérons que nos clients y seront sensibles» reconnaissent Guénolla et Nicolas Bohuon. Gageons que les habitués de la boulangerie-pâtisserie GN de Bornel et les gourmands n'hésiteront pas à faire un détour pour régaler leurs papilles et faire preuve de solidarité.

Des fèves personnalisées

Depuis 28 ans, l'entreprise Panessiel, basée à Grenoble, accompagne les artisans boulangers français dans leur développement et la mise en valeur de leur travail.
Pour l'Épiphanie, elle propose des collections de fèves uniques : de la mise en valeur du patrimoine régional au soutien associatif. Aujourd'hui, Panessiel est le premier producteur français de fèves personnalisées en porcelaine.
www.panessiel.fr

A Savoir

La part du pauvre est une pratique ancestrale qui consiste à mettre de côté une part de galette pour l'offrir à une personne dans le besoin.

Le Secours populaire français est né en 1945. C'est une association à but non lucratif, déclarée Grande cause nationale. Celle-ci est habilitée à recevoir des dons, des legs, des donations. L'association s'est donnée pour mission d'agir contre la pauvreté et l'exclusion en France et dans le monde. Elle rassemble des personnes de toutes opinions, conditions et origines.

www.secourspopulaire.fr

o 32.000 boulangers en France

o 126 boulangeries dans l'Oise

o 777.000 gâteaux des rois vendus dans le département.

À noter aussi dans l'Oise, les 25 ans de la Maison Joseph de Lacroix-Saint-Ouen qui propose à cette occasion des fèves constituant un puzzle de 6 pièces.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui