L'Oise Agricole 01 septembre 2018 à 13h00 | Par Dominique Lapeyre-Cavé, Dorian Alinaghi

Continuité et nouveautés, les écoles se préparent pour la rentrée

La rentrée scolaire approche à grands pas et les établissements se préparent à l’arrivée des élèves. Tour d’horizon des écoles agricoles du département pour présenter leurs programmes et leurs nouveautés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tous les écoles sont dans les starting-blocks.
Tous les écoles sont dans les starting-blocks. - © UniLaSalle

Sac à dos sur les épaules, crayons à la main, les élèves vont débuter leur rentrée scolaire le lundi 3 septembre. Et les écoles agricoles se préparent à les accueillir, bras ouvert, pour cette nouvelle année.

Durant cette année 2018-2019, la MFR de Saint Sulpice débute sa nouvelle formation Agroéquipement pour les terminales. Cela tourne autour des cultures, de l’apprentissage à l’atelier, des calamités agricoles, de l’agronomie… Cette année est aussi l’occasion pour les élèves de participer à un voyage en Pologne afin de découvrir et de travailler sur l’agriculture dans un pays étranger.

Située au cœur d’un riche patrimoine touristique et culturel, la Maison familiale rurale de Songeons accueille 175 élèves, de la 4e au bac professionnel. Cette année est aussi l’occasion de présenter une formation CS Conduite de l’élevage laitier. D’une durée d’un an, il faut acquérir le bac afin de faire cette formation. Elle consiste à réaliser l’ensemble des tâches d’élevage : traite, cultures et distribution de l’alimentation, contrôle d’état de santé des animaux, soins, maîtrise de la reproduction, maintenance des bâtiments. De plus, le vendredi 21 décembre, les élèves de la MFR de Songeons proposeront un marché de Noël pour la 7e fois.

Une rentrée sous le signe de la continuité sur l’ensemble des formations proposées au Legta de l’Oise pour les 360 élèves et étudiants avec un bac pro Conduite et gestions des entreprises agricole (CGEA) Grandes culture, un bac pro Gestion des milieux naturels et de la faune (GMNF), un bac technologique Sciences et technologie de l’agronomie et du vivant (2 options au choix : aménagement et valorisation des espaces, sciences et technologies des équipements), un bac scientifique S (spécialité écologie, agronomie et territoires), un BTS aménagements paysagers, et un BTS agronomie et production végétale.

Pour les 200 apprentis, l’établissement accueille en son sein un CFA sur 2 sites (Airion et Beauvais) préparant, par la voie de l’apprentissage, aux métiers des travaux paysagers, des services à la personne et de l’agriculture, du niveau 6 au niveau 4. L’établissement est aussi le siège social du CFA agricole de l’Oise constitué autour de 6 UFA regroupant, au niveau départemental, 500 apprentis.

Pour cette rentrée, l’actualité sera très conséquente sur l’apprentissage dans la mesure où les 11 établissements agricoles publics des Hauts-de-France ont convenu de créer un CFA académique, notamment pour s’adapter à la future réforme gouvernementale de l’apprentissage qui entrera en vigueur le 1er janvier 2020 et qui transférera la responsabilité de l’organisation et du financement de l’apprentissage aux branches professionnelles. «Nous créons donc en lieu et plac, plus qu’un CFA régional dont le siège social sera l’Eplepfa de l’Oise. Ce sera un CFA dit sans mur, chaque Eplepfa gardera avec son UFA une autonomie pédagogique relative et le CFA régional, piloté par un directeur régional dont le bureau sera à Airion (au 1er janvier 2019) et qui pilotera les fonctions financières, stratégiques et de communication» détaille Philippe Commun, directeur du Legta de l’Oise.

Concernant les formations continues (environ 100.000 heures de formation délivrées par an), l’établissement prépare aux métiers de l’agriculture, des services à la personne, des travaux paysagers, de l’horticulture, des agro-équipements. Trois formations importantes ouvrent cette rentrée : le BPREA, le certification de spécialisation (CS) agri-bio, et le Certification de spécialisation (CS) agent de silo. Des formations courtes (Caces, soudure, comptabilité, électricité des jardins, taille...) sont aussi dispensées.

UniLaSalle fait sa rentrée pour la première fois sur 3 campus : Beauvais, Rouen et Rennes. Cette année, ce sont plus de 700 nouveaux élèves, toutes filières confondues, qui rejoignent UniLaSalle, dont plus de 450 sur le campus de Beauvais.

C’est aussi le lancement de la première promotion Erasmus Mundus Master Programme emPLANT. 23 élèves (Europe, Asie, Afrique, Amerique) dans cette filière en langue anglaise. 150 étudiants sont, depuis cet été, en séjour académique dans une université étrangère du réseau LaSalle avec le programme GoLaSalle.

De plus, UniLaSalle et l’Académie d’agriculture, en association avec le Conseil régional des Hauts-de-France, de la Communauté d’agglomération du Beauvaisis et du Pôle IAR, organisent les 11 et 12 octobre prochain, à Beauvais, le colloque «L’Agriculture dans la bioéconomie : quelles biomasses pour les produits biosourcés ?».

Concernant l’Institut Charles-Quentin de Pierrefonds, les inscriptions ne sont pas encore bouclées, il reste donc des places. 238 élèves sont inscrits, allant de la 4e au BTS inclus, et 35 filles et 95 garçons sont présents à l’internat.

Cette année, les mêmes filières sont proposées. Le collège est composé d’une classe de 4e et 2 de 3e générales. Le lycée est composé d’une seconde techno et une autre générale, des classes de 1re et terminale STAV (Science et technique de l’agronomie et du vivant), des classes de 1re et terminale S, un BTSA gestion forestière 1re et 2e année, et un BTSA agronomie productions végétales.

Pour le Centre de formation continue et d’apprentissage, il est proposé un cursus Bac + 3 distribution manager, responsable centre de profit en distribution. Le titre professionnel niveau 2 est validé par le Registre national des certifications professionnelles. Il s’agit d’une formation en 12 mois avec 4 blocs de compétences au choix (management, commerce, gestion produits (option : alimentaire, textile, bricolage, jardin, fournitures produits agricoles).

Le lycée Saint-Joseph-de-Cluny à Estrées-Saint-Denis accueillera 180 élèves, de la quatrième au bac professionnel services aux personnes et aux territoires et conseil vente. Cette année encore, l’école bénéficie du label d’éducation au développement durable. L’établissement réfléchit à développer des formations continues pour adapter son offre à la mixité des publics et aux attentes des employeurs. Chacun doit pouvoir trouver sa place dans l’école et un soin tout particulier est apporté à l’accueil des élèves. La rentrée se fera en décalé sur deux jours et la semaine prochaine sera consacrée à l’intégration des élèves. Il s’agira que chacun d’entre eux repère les lieux, les équipements et les personnels, enseignant ou non, qui œuvre au sein de l’établissement.

Le lycée horticole de Ribécourt, quant à lui, accueillera 150 apprentis et 145 scoalires, de al 4a au bac pro aménagements paysagers et horticoles, élégage, vente de produits de jardin. Grande nouveauté cette année, une expérimentation menée en aquaponie, maraîchage et poissons ! Une serre de l’établissement accueillera ce dispositif pour le moins innovant, en plantes maraîchères et ornementales si les résultats sont probants.

Le centre de formation professionnelle rural de Vaumoise attend 140 élèves, de la 3e préparatoire au Capa services aux personnes, vente en espace rural et bac pro services aux personnes et territoires. En formation adultes, une nouvelle session pour le DEAES (diplôme d’État d’accompagnant éducatif et social) démarre en octobre avec une bonne dizaine d’inscrits, la précédente se terminant en septembre.

185 élèves vont débuter l’année scolaire à l’Afasec, située à Chantilly. Deux gros chantiers sont en préparation, le premier est la construction de nouvelles salles de simulation afin d’apprendre à monter à cheval. Cet espace pédagogique sera accompagné d’une salle d’activité liée au renforcement musculaire et à l’équilibre. Le deuxième projet consiste en la construction d’un manège couvert pour que les élèves apprennent les techniques équestres en sécurité et surtout à l’abri des intempéries.

Des places sont encore disponibles au lycée Sainte-Julie-Billiart d’Orvillers-Sorel, qui accueille les élèves de la 4e au bac professionnel Services aux personnes et aux territoires en passant par le Cap Services aux personnes et vente. Un internat filles et garçons peut recevoir une soixante d’élèves. Nouveauté de la rentrée : une salle informatique remise à neuf, une nouvelle restauration scolaire et un enseignement inspiré de celui des pays nordiques, avec cours théoriques le matin et travaux pratiques l’après-midi.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui