L'Oise Agricole 09 juillet 2017 à 13h00 | Par Agra Presse

Bruxelles envisage une baisse des budgets

Document de réflexion sur «l’avenir des finances de l’UE» vient d’être publié par la Commission. Il y est question du budget de la Pac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le nouveau document sur l’avenir des finances de l’Union européenne aborde aussi le sujet de la Pac.
Le nouveau document sur l’avenir des finances de l’Union européenne aborde aussi le sujet de la Pac. - © Capture écran

Dans le dernier document de réflexion de la Commission européenne sur «L’avenir des finances de l’Union européenne», il est beaucoup question de la réforme de la Pac. Compte tenu du Brexit et de la montée en puissance d’autres politiques, Bruxelles considère que, non seulement son budget va inévitablement souffrir mais, en plus, cela pourrait amener à revisiter les paiements directs.

Après 2020, le budget européen enregistrera un trou de quelque 20 milliards d’euros (Mds €) par an par rapport à son niveau actuel (environ 160 Mds €) du fait du Brexit (au moins 10 Mds €) et de la nécessité de faire face à de nouvelles missions (contrôle aux frontières extérieures, gestion des flux migratoires, défense). C’est en tenant compte de ces prévisions que la Commission de Bruxelles a publié le 28 juin un document de réflexion sur «L’avenir des finances de l’Union européenne» contenant cinq options qui impliquent, à l’exception de celle consistant à «Faire beaucoup plus ensemble», une diminution de la part réservée à l’agriculture.

La Commission compte soumettre «vers le milieu de l’année 2018», probablement en juillet, ses propositions pour le cadre financier pluriannuel post-2020 de l’Union. Elle doit présenter les résultats de la consultation publique sur l’avenir de la Pac lors d’une conférence, le 7 juillet, avant d’adopter, probablement début 2018, et non pas fin novembre prochain, comme prévu initialement, une commu-nication sur la modernisation et la simplification de cette politique, suivie au cours de l’année prochaine de propositions législatives.

Nouveaux défis et paiements revisités

Le cadre budgétaire actuel 2014-2020 de l’Union européenne consacre au total quelque 400 milliards d’euros à l’agriculture et au développement rural, les paie-ments directs représentant 70 % de ce montant. Parallèlement, sur la période, la politique dite de cohésion doit permettre, cofinancements nationaux compris, de mobiliser plus de 480 milliards d’euros pour la convergence et la résilience économiques au sein de l’Union. «Je vous prédis d’ores et déjà que nous allons proposer des coupes, des réaffectations, car c’est ainsi que nous pourrons être crédibles en tant que Commission européenne», a annoncé le 27 juin le commissaire au Budget, Günter Oettinger, lors d’un forum sur la cohésion. «Si l’Europe est appelée à s’attaquer à de nouveaux défis, il importe de trouver quelque part les ressources nécessaires, a-t-il souligné le lendemain. Nous pouvons soit dépenser moins, soit trouver des recettes nouvelles.»

Le document envisage la possibilité d’une «réduction des paiements directs aux grandes exploitations» ou bien de leur «cofinancement national» afin «de maintenir le niveau global de soutien actuel», ainsi que l’instauration de «mesures incitatives s’appuyant sur des contrats pour encourager les investissements dans des technologies nouvelles et dans la pro-tection de l’environnement, dans le cadre de la politique de développement rural».

De façon générale, il faudra, selon la Commission, «rechercher, en ce qui concerne les instruments de la future Pac, un juste équilibre entre mesures politiques et enveloppes financières, subventions et instruments financiers, outils de gestion des risques et autres mécanismes de marché afin de faire face aux risques et aux aléas du secteur agricole».

Des mesures plus ciblées

«Les appels à orienter davantage la Pac vers la fourniture de biens publics, liés à la protection de l’en-vironnement et à l’action pour le climat, sont de plus en plus nom-breux. Cette évolution nécessiterait l’adoption de mesures plus ciblées qui tiennent compte des particularismes régionaux, estime l’exécutif européen. Il n’existe pas de consensus sur le niveau de l’aide au revenu nécessaire lorsqu’est prise en compte la compétitivité au sein du secteur.» Et d’ajouter : «Dans certains cas, ces paiements ne contribuent pas au dévelop-pement structurel du secteur, mais tendent à faire grimper le prix des terres, ce qui risque d’empêcher l’entrée de jeunes agriculteurs sur le marché.» La Commission fait remarquer que «les paiements directs reposent encore en grande partie sur les droits historiques et visent princi-palement les grandes exploitations et les propriétaires fonciers des Etats-membres les plus riches», et qu’en «moyenne, 20 % des bénéficiaires concentrent environ 80 % des paiements». Un tableau général qui masque toutefois d’énormes différences entre Etats-membres.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui