L'Oise Agricole 24 avril 2014 à 08h00 | Par Bernard Leduc

Biodiversité - Des règles qui ne sont pas les mêmes pour tout le monde !

Des arbres et des haies sont systématiquement détruits le long des lignes ferroviaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le long de certaines voies ferrées, les haies qui avaient poussé naturellement ont été entièrement coupées, comme ici à Ferrières-en-Bray.
Le long de certaines voies ferrées, les haies qui avaient poussé naturellement ont été entièrement coupées, comme ici à Ferrières-en-Bray. - © Bernard Leduc

On le savait déjà : les contraintes ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Les agriculteurs dénoncent régulièrement le défaut d'entretien des bords de routes ou de friches qui appartiennent à l'État ou d'autres collectivités locales, alors qu'eux-mêmes peuvent être pénalisés dès qu'il y a défaut constaté d'entretien de leurs parcelles. Tout en devant supporter la dissémination des mauvaises herbes dans leurs cultures.

La même réflexion est faite à propos de la préservation de la biodiversité : des règles sont édictées, pour interdire le curage de certains fossés ou de cours d'eau, ou pour obliger le maintien d'arbres ou de haies. Des documents d'urbanisme interdisent de détruire des haies dans les régions bocagères et des mesures sont prises pour planter et développer des haies dans un but environnemental... et dans le même temps, on constate que la SNCF fait parfois systématiquement abattre tous les arbres ou arbustes le long des voies ferrées, en faisant appel à l'ONF.
C'est le cas actuellement à Trie-Château, le long de la voie Paris-Saint-Lazare-Gisors, comme cela l'a été l'an dernier sur la partie au Nord de cette ligne, pour sa remise en service via Ferrières-en-Bray.

Le défrichage est sévèrement réglementé pour les propriétaires forestiers. Mais, pour la SNCF, cela ne semble pas poser problème : elle peut librement intervenir le long de ses quelque 70.000 km de voies qui sillonnent notre pays, en invoquant parfois le sacro-saint principe de précaution : il y risque d'accidents qui pourraient être causés par des chutes de branches ou d'arbres sur les voies ferrées. Tant pis pour la biodiversité ! Et tant pis pour les paysages !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui