L'Oise Agricole 02 mars 2017 à 08h00 | Par Catherine Vénimeaux, Stéphane Pype

Bergers du Nord-Est: développer la filière

Les réunions de secteurs de la coopérative Les Bergers du Nord-Est confirment l’objectif de développement de la filière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Arvalis

Les traditionnelles réunions de secteur des Bergers du Nord-Est ont débuté fin janvier pour se terminer fin février dans l’Aisne. Cinq rendez-vous, répartis sur l’ensemble de la zone d’intervention de la coopérative, sont l’occasion de rendre compte de l’activité 2016 et de faire part des projets 2017. C’est également pour son directeur, Thierry Vroman, un moment d’échange privilégié avec les adhérents avant l’assemblée générale annuelle.

 

Un nécessaire renouvellement des générations

Le bilan d’activité montre une baisse de la collecte des agneaux de 3%, avec des différences significatives en fonction des zones géographique. Si la collecte est stable sur les Hauts-de-France, elle est en retrait en Champagne-Ardennes et en Lorraine (-8 et -6%). Bien que le secteur soit désormais concurrentiel, l’analyse de cette baisse révèle essentiellement des arrêts ou des baisses de cheptel chez les adhérents, qui ne sont pas totalement compensées.

«Les abandons de troupe ne sont pas liés à la conjoncture; ce sont des cessations totales d’activités, des départs en retraite. L’enjeu reste de faire connaître la production ovine auprès des agriculteurs, des jeunes, d’aider au démarrage, de lever les freins d’accès au foncier…

On voit, à travers les Ovinpiades et les stagiaires que nous accueillons, que les jeunes sont motivés par cette filière. Il faut les aider à concrétiser leur projet. C’est pourquoi nous essaierons de rencontrer prochainement le conseil régional pour présenter les atouts et les difficultés de notre filière.»

 

Transfert de l’activité d’abattage vers Le Nouvion-en-Thiérache

En 2016, les ventes ont été perturbées par le transfert d’abattage vers Le Nouvion-en-Thiérache, suite à la fermeture du site de Laon. Des agneaux ont été envoyés sur différents abattoirs et prestataires et la commercialisation en vif a été nécessaire. L’objectif est de revenir en 2017 à 40.000 agneaux abattus par la structure et à une stabilisation des débouchés. Le projet de valorisation des agneaux de la région en label a également souffert de ces difficultés et reprend pleinement sur le premier semestre.

Parallèlement a été menée une étude de faisabilité d’une filière d’agneaux en production biologique. En juin 2017, les premiers agneaux bio seront commercialisés par l’intermédiaire d’Unebio, avec une plus-value pour l’éleveur d’au minimum 0,70¤/kg.

 

Un marché ovin fluctuant

En 2016, le début de l’année et notamment le mois de janvier ont été critiques. Cette désorganisation du marché lors des premières semaines de l’année est récurrente, avec une sortie importante d’agneaux Lacaune. De nouveau, en 2017, la cotation nationale recule fortement.

Par la maîtrise des ventes des agneaux en carcasse et non en vif, la coopérative ne répercute pas la totalité de cette baisse à ses adhérents, en attendant les ventes plus prometteuses de Pâques. Et bien que le Brexit inquiète avec des produits anglo-saxons compétitifs, c’est bien moins l’agneau étranger que l’agneau français qui impacte aujourd’hui l’évolution des cours.

Le marché du 5e quartier a vu, quant à lui, une sensible reprise. Les peaux se commercialisent aux alentours de 4 ¤ et permettent de limiter les frais d’abattage.

«Les enjeux de l’avenir resteront à maîtriser les cours dans un contexte fluctuant, à débuter les ventes d’agneaux label et certifiés bio, et à continuer à développer le secteur approvisionnement pour répondre aux besoins des adhérents» disait Thierry Vroman.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui