L'Oise Agricole 13 février 2014 à 08h00 | Par SD

Auneuil et Le Coudray : du renouvellement !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Oise Agricole

Devant Luc Smessaert, Christophe Beeuwsaert, François Mellon et Thierry Fraiture, Marie-Annick Borgoo, en accueillant l’ensemble des adhérents des 2 syndicats cantonaux, a annoncé qu’elle laissait sa place de présidente. Christophe l’a remerciée pour son investissement, son écoute, sa disponibilité, sa présence aux conseils d’administration, aux différentes manifestations. Un excellent binôme avec Thierry Fraiture que chacun connaît pour ses coups de gueule, son grand cœur, ses combats, ses idées, son investissement.

Le secrétaire général de la FDSEA rappelle que «sans vous, présidents cantonaux, sans vous, délégués communaux, sans vous, délégués de sections, sans vous, adhérents, la fédé n’est rien. La fédé, c’est une grande famille et les différentes galères, c’est ensemble qu’on doit les résoudre».

Luc Smessaert a félicité Marie-Annick car c’était un vrai défi pour une femme de représenter et défendre les éleveurs de son canton, ce qu’elle a fait brillamment. «Tu es une femme de cœur, à l’écoute des personnes et par ton côté humain, tu trouves toujours des solutions appropriées. Avec Claude, vous savez communiquer, vous le faites très bien en ouvrant régulièrement votre exploitation, c’est important pour bien vivre ensemble !»

C’est Adrien Dupuis, agriculteur à Labosse et à Sarcus, qui a accepté de prendre la place et qui a été élu à l’unanimité. Thierry Fraiture a lancé un appel pour son remplacement aux prochaines élections.

La circulation routière dans les villages est un vrai problème aujourd’hui pour les agriculteurs. Thierry donne sa solution : faire des démonstrations sur le terrain avec le matériel devant les élus. C’est mieux d’être informé avant les travaux et de pouvoir porter des solutions adaptées au projet. Une rencontre a été mise en place avec la Chambre d’agriculture et le Conseil général afin de d’échanger sur la problématique et de proposer des solutions.

Assurer certaines cultures pose un réel problème… Quelle solution ? Laurent Maigret trouve cette position totalement inacceptable.

L’après-quota betterave interroge beaucoup de producteurs. Hans Dekkers, très impliqué dans la filière, donne des explications précises et rassure les producteurs quant au travail sérieux du Syndicat betteravier. Thierry Fraiture rappelle que la betterave, ce n’est pas que du sucre… La pulpe est un coproduit important pour les éleveurs et dont il faut préverser la ressource.

La filière lait, la mise en place des OP… Un autre sujet qui a fait réagir beaucoup d’adhérents ! Christophe Beeuwsaert et Luc Smessaert ont réaffirmé l’importance de travailler ensemble, syndicat, les différentes OP pour avoir du poids vis-à-vis des industriels et de la grande distribution. Contrairement à la filière betterave mise en place depuis de nombreuses années, la filière lait est au stade de sa création, il faut du temps, il faut apprendre à construire et surtout être unis pour être plus forts. Un adhérent faisait remarquer que le prix correct annoncé ne devait pas endormir les producteurs!

Directives nitrates, retournement de pâtures, nouvelles Pac... les sujets n’ont pas manqué. Une seule matinée n’est pas suffisante pour débattre de tout. D’autres rendez-vous, d’autres échanges, d’autres temps de travail sont prévus à travers les sections spécialisées.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui