L'Oise Agricole 12 avril 2018 à 09h00 | Par Dorian Alinaghi

Agora part à la conquête des jeunes

À l’initiative de la coopérative, une opération appelée L’Agora des Collèges vise à faire découvrir l’univers agricole et le savoir-faire du métier à des jeunes collégiens comme le jeudi 5 avril à Ressons-sur-Martz.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les élèves de 4e du collège Jean-Paul II de Compiègne ont passé la matinée sur l’exploitation de Geoffroy Sainte-Beuve. à Ressons-sur-Martz.
Les élèves de 4e du collège Jean-Paul II de Compiègne ont passé la matinée sur l’exploitation de Geoffroy Sainte-Beuve. à Ressons-sur-Martz. - © Dorian Alinaghi

Questionnaire en main, la classe de 4e de Jean-Paul-II de Compiègne a visité l’exploitation de Geoffrey Sainte Beuve, agriculteur à Ressons-sur-Matz, pour la première de l’Agora des Collèges. On pouvait entendre de l’étonnement parmi les élèves, celui de découvrir que la conception d’un parfum peut se faire via une betterave ou bien le prix d’une machine agricole, équivalent à celui d’une maison. La journée permet d’apprendre toutes les réglementations concernant le métier, la façon de travailler avec la nature, l’organisation sur toute l’année, mais aussi l’utilisation des machines, le stockage des produits. Lors de la journée, les élèves participent également un concours photo avec l’hashtag #agricurieux.

Le but : montrer la réalité sur le métier d’agriculture. «Nous, agriculteurs, on ne représente plus grand chose au niveau de la population française. Vu que l’on entend parler de tout, l’objectif de cette journée est de savoir comment les jeunes nous perçoivent, mais aussi de transmettre l’image d’une vraie exploitation. Le métier a changé et évolué très vite, les exploitations n’ont plus la même rentabilité, il faut se diversifier, il faut mutualiser le matériel et bien d’autres paramètres à prendre en compte. Si on ne fait pas ce travail de communication, on ne peut pas se plaindre par la suite que les gens disent tout et n’importe quoi.» souligne Geoffrey Sainte-Beuve, agriculteur hôte d’un jour.

Opération séduction

Ainsi, des binômes agriculteur-collaborateur Agor, parrainent 32 classes pour les accompagner le temps de 4 rencontres, de février à mai 2018, dans un projet pédagogique visant à leur apprendre les fondamentaux de ce qu’est notre agriculture aujourd’hui : que produisons-nous à côté de chez nous ? Que fait l’agriculteur mois après mois ? Quelles sont les nouvelles technologiques à sa disposition ? Comment nos agriculteurs travaillent-ils avec la nature ? Qu’est-ce qu’une coopérative ? Etc.

Aujourd’hui 8 collèges, 32 classes, soit 750 élèves, et donc 32 agriculteurs et 32 collaborateurs Agora sont engagés pour partager 4 temps forts dont 2 en classe, 1 sur l’exploitation de l’agriculteur parrain et 1 autre sur un silo Agora.

Thierry Dupont, président de la coopérative d’Agora, réalise que les enfants ont une curiosité débordante. «Nos adhérents sont tournés vers une principalement agriculture céréalière et tournée vers l’exportation pour fournir les industries agroalimentaires des Hauts-de-France, notamment l’industrie amidonnière. Ce ne sont pas des matières qui nous permettent de nous connecter avec nos concitoyens. Il est important pour Agora de valoriser notre type d’agriculture. La communication à travers les jeunes est une excellente idée, il faut reconnecter notre monde agricole avec la population française. Aujourd’hui, on peut voir des débats sur le rôle de l’agriculture. Il faut revéhiculer une image positive, l’agriculteur n’est pas pollueur, il est producteur. Lorsque les personnes mangent du pain, derrière, il y a tout un processus de culture et de production, mais le blé peut servir pour autre chose. L’agriculteur a un rôle essentiel dans notre société. On a choisi de passer par les élèves de 4e et de 3e car ce sont de bons vecteurs. Ils sont ouverts et curieux. Cela va permettre sûrement de donner certaines vocations ou, mieux, de couper le filtre qui peut exister aujourd’hui afin que ces jeunes puissent se forger leur propre avis. Avec L’Agora des collèges, on recrée du lien et de la confiance.»

L’agriculture, une matière dans l’éducation ?

Pour l’ensemble des intervenants de la journée, l’agriculture doit devenir une matière enseignée à l’école. Marie-Laure Pontier, professeure au collège Jean-Paul-II de Compiègne, juge la visite d’une exploitation intéressante mais pense que l’enseigner, c’est mieux. «Etant donné que nous sommes dans un département agricole, cela permet de faire découvrir aux plus jeunes le travail des agriculteurs afin d’enlever les fausses idées. Pour ma part, l’univers de l’agriculture et tout ce qui gravite autour peut intégrer l’éducation. Quel que ce soit le domaine, cela va développer leur culture générale et l’épanouissement de leur personnalité.»

Quant à Geoffrey Sainte Beuve, il estime que cela va permettre d’éclaircir toutes les zones noires liées à l’alimentation. «L’agriculture doit avoir une petite place dans l’éducation. Comme ça, les jeunes peuvent savoir ce qui se trouve dans leur assiette. Mais aussi montrer que l’agriculture française est propre, voire la plus saine au monde. La communication auprès des jeunes est très intéressante car on a souvent la tête dans le guidon, donc on n’a pas forcement le temps d’expliquer notre métier.»

L’Agora des Collèges se termine le 8 juin au Tigre à Margny-lès-Compiègne. Sur le principe d’un show télévisé animé par Agathe Lecaron, ancienne présentatrice de l’émission On n’est pas que des cobayes, de France 5, une soirée de clôture permettra de revenir sur l’opération et mieux comprendre les enjeux de l’agriculture de demain. Elle sera ouverte à tout public désireux de se sensibiliser au monde de l’agriculture et aussi admirer les photos #agricurieux.

Inscriptionn : www.agricurieux.com

 


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,