L'Oise Agricole 04 janvier 2018 à 09h00 | Par Thierry Michel

2018 se présente bien économiquement parlant

Tout n’est pas rose, mais des facteurs convergents laissent augurer d’une année à venir plutôt dynamique. Tour d’horizon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En 2018, production agricole et production agroalimentaire retrouveront un peu de couleurs, même si le cours des matières premières agricoles ne devraient pas vraiment augmenter.
En 2018, production agricole et production agroalimentaire retrouveront un peu de couleurs, même si le cours des matières premières agricoles ne devraient pas vraiment augmenter. - © Réussir/V. Marm use

«Les principaux moteurs de l’économie mondiale sont en phase et la croissance a accéléré à son plus haut niveau en trois ans au troisième trimestre, à plus de 3,5 % en rythme annualisé. Cette reprise paraît solide», écrivent les analystes de Xerfi Previsis, spécialiste des études économiques sectorielles dans leur «Conjoncture et prévisions pour l’entreprise» de décembre-janvier 2018. 2017 a marqué l’année de la fin de la consolidation budgétaire, du désendettement des entreprises et des ménages. Et les différentes zones économiques (à l’exclusion du Royaume-Uni) sont en phase dans la dynamique globale.

Autant d’ingrédients qui poussent à envisager que «l’économie mondiale est partie sur les bases d’une croissance supérieure à 3,5 % pour 2018». On gardera cependant un œil sur les matières premières hors agriculture, dont notamment le pétrole, qui voient leur prix remonter et sur certains pays, qui commencent à se déconnecter de la dynamique d’ensemble. «Mais, à court terme, les risques sur la croissance mondiale sont limités , voire nuls.»

France

Pour la France, Xerfi n’hésite pas à parler d’enquêtes de conjoncture «au zénith» avec un «élargissement de la base sectorielle de la reprise. Dans toutes les grandes branches d’activité, sans exception, les climats des affaires sont désormais nettement supérieurs à leur moyenne de long terme. En vedette, l’industrie est passée à la vitesse supérieure. Reste néanmoins un gros point noir récurrent : si les volumes reviennent, les prix restent sous pression, ce qui ralentit la remontée des marges.

L’horizon est néanmoins suffisamment dégagé pour entrevoir une croissance plus robuste, qui atteindra 2 % en moyenne en 2018». Le secteur de la distribution va particulièrement profiter de cette embellie conjoncturelle en 2018. «Soutenue par la hausse du pouvoir d’achat et la baisse du chômage, la consommation en biens des ménages va, en effet, nettement accélérer (+ 1,8 % contre + 1,2 % en 2017). Cela profitera aussi bien aux dépenses du quotidien qu’aux achats plus engageants. Après neuf ans de baisse, les dépenses d’habillement repartiront à la hausse en 2018.

Le secteur des biens d’équipement du foyer (ameublement, électroménager, bricolage...) restera, quant à lui, très bien orienté, en lien avec le dynamisme du marché des logements.» Comme d’habitude, en année de grande compétition sportive, il existera aussi un «effet Coupe du monde de football», qui permettra de relancer les ventes de matériels audiovisuels. Enfin, les ventes de voitures neuves «resteront dynamiques en 2018, avec une accélération des achats des particuliers».

Agroalimentaire, hébergement restauration

«Affectée par l’intensification de la concurrence étrangère et par les changements des habitudes de consommation des Français, la filière agro-alimentaire a entamé une profonde transformation, sur fond de montée en gamme, depuis le milieu des années 2010. Une stratégie qui a commencé à porter ses fruits, comme en atteste la croissance de plus de 3 % du chiffre d’affaires en 2017. La production reste néanmoins à la peine et la filière agro-alimentaire sera globalement le parent pauvre de la reprise industrielle en 2018 (+ 1 % en volume). Les nouvelles normes d’étiquetage et la mise en avant des produits des PME dans les rayons des grandes surfaces alimentaires soutiendront le made in France, mais la concurrence étrangère restera vive, en particulier sur l’entrée de gamme», peut-on lire dans ce rapport.

Les entreprises agro-alimentaires pourront également compter sur une demande bien orientée à l’international. Sur le marché domestique, la progression du pouvoir d’achat des ménages et le report croissant des consommateurs vers les produits nationaux alimenteront la demande adressée aux industriels. «Du côté des boissons, l’activité sera également bien orientée. Si l’Hexagone a connu en 2017 la pire récolte de vins depuis 1945, les producteurs puiseront dans leurs stocks et le marché ne devrait pas connaître de problèmes d’approvisionnement. La concurrence étrangère restera néanmoins rude sur les vins et champagnes.»

Le chiffre d’affaires dans l’hébergement et la restauration poursuivra sa tendance haussière en 2018 (+ 2,2 %). «Les professionnels profiteront d’une nouvelle amélioration des fondamentaux économiques qui incitera un peu plus les Français à voyager et à se rendre au restaurant. Après une très bonne année 2017, les hôteliers devront toutefois composer avec un léger tassement de la croissance. Ils ne pourront plus compter sur un effet de rattrapage lié au retour des touristes étrangers. A l’inverse, la progression du chiffre d’affaires sera plus marquée dans la restauration avec un pouvoir d’achat un peu mieux orienté. Mais les restaurateurs devront malgré tout faire face à la concurrence des circuits de restauration alternatifs «conventionnels» (offre de déjeuner des boulangeries, rayons snacking des grandes surfaces alimentaires...).»

Matières premières agricoles

Une forte hausse de l’indice Goldman Sachs commodity index (GSCI) des matières agricoles entre fin juin et début juillet a ensuite été «totalement effacée au cours des deux mois suivants, en raison notamment d’une campagne 2017-2018 qui s’annonce excellente, notamment en ce qui concerne les céréales», pointe le document de Xerfi. Le même phénomène avait pris place précédemment : hausse en janvier-février, repli entre mars et mai. «Au-delà des aléas climatiques, qui sont à l’origine de cette forte volatilité des cours agricoles, la tendance de fond reste néanmoins à la modération.» Sur un temps plus long, «l’indice GSCI agricole a été pratiquement divisé par deux par rapport à son dernier point haut, atteint en juillet 2012, et la chute a été généralisée.

La faiblesse du cours du pétrole a joué un rôle important dans le recul des prix agricoles, via la baisse des coûts des carburants (plus de 10 % des coûts de production dans l’agriculture) et des fertilisants, ainsi qu’à travers une influence négative sur les prix du bioéthanol». Dans un contexte d’excès de production importants, surtout dans les céréales, Xerfi ne prévoit pas «de rebond marqué pour aucune des principales matières premières agricoles».

Agriculture et économie française en 2018

Selon l’Insee, qui a publié une note de conjoncture le 19 décembre 2017, le commerce extérieur cesserait mi-2018 de peser sur la croissance «grâce aux produits agricoles et au tourisme». Côté importations, début 2018, elles augmenteraient à nouveau solidement pour servir la demande intérieure (+ 0,8 % par trimestre). Au total, la contribution du commerce extérieur à l’acquis de croissance serait neutre mi-2018, après cinq années de contribution négative. Cette amélioration proviendrait des produits agricoles, du tourisme et de l’énergie. La production agricole a continué d’augmenter solidement au troisième trimestre 2017 (+ 0,8 %).

Elle ralentirait au quatrième trimestre (+ 0,4 %) et serait quasiment stable au premier semestre 2018. Sur l’année 2017, du fait du rebond des récoltes de céréales, la production agricole repartirait (+ 2,3 %) après deux années de baisse marquée. Mi-2018, l’acquis de croissance annuelle s’établirait à + 1,1 %, porté par le redémarrage de la production viticole. En moyenne annuelle, les exportations augmenteraient franchement en 2017 (+ 3,3 % après + 1,9 % en 2016). Malgré le net ralentissement au premier semestre, elles seraient plutôt en accélération pour 2018 (+ 3,4 % d’acquis de croissance au premier semestre 2018), notamment du fait des produits agricoles. Toutefois, les importations d’énergie ont reculé tout comme celles des produits agricoles, la reprise des récoltes françaises rendant le recours à l’importation moins nécessaire. En moyenne annuelle, les importations augmenteraient de nouveau fortement en 2017 (+ 4,6 % après + 4,2 % en 2016), et plus rapidement que les exportations. De ce fait, le commerce extérieur contribuerait toujours négativement à la croissance en 2017, mais moins nettement qu’en 2016 (- 0,5 point après - 0,8 point en 2016).

Pour 2018, la contribution du commerce extérieur à l’acquis de croissance à mi-année serait neutre : la contribution négative des échanges en produits manufacturés serait compensée par celles, positives, des produits agricoles, de l’énergie et du tourisme.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui