L'Oise Agricole 26 mai 2016 à 08h00 | Par Bernard Leduc

2015 a été une très belle année pour Groupama Paris Val-de-Loire

Si l’année 2014 avait été plutôt satisfaisante pour la caisse régionale de Groupama Paris Val-de-Loire (PVL), 2015 a encore été meilleure. C’est ce qui avait été présenté aux administrateurs lors de l’assemblée générale annuelle qui s’est déroulée le jeudi 28 avril à la·ferme du Manet de Montigny-le-Bretonneux dans les Yvelines, et qui est rappelé lors des rencontres départementales, comme ce mardi soir 24 mai à la maladrerie Saint-Lazare à Beauvais.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les intervenants aux rencontres départementales de Groupama à Beauvais, le 24 mai en soirée : Jean-Jacques Fieffé, directeur de l’établissement Groupama de l’Oise, Denis Pype, président de l’établissement de l’Oise et vice-président de la caisse régionale Paris-Val-de-Loire, et Laurent Bouchon, directeur général adjoint de la caisse régionale.
Les intervenants aux rencontres départementales de Groupama à Beauvais, le 24 mai en soirée : Jean-Jacques Fieffé, directeur de l’établissement Groupama de l’Oise, Denis Pype, président de l’établissement de l’Oise et vice-président de la caisse régionale Paris-Val-de-Loire, et Laurent Bouchon, directeur général adjoint de la caisse régionale. - © Bernard Leduc

L’année 2015 se traduit par une contribution au résultat combiné du groupe de 22,2 millions d’euros. C’est la contribution la plus élevée depuis la naissance de la caisse en 2004. Ces bons résultats s’expliquent par une reconquête commerciale avec un beau succès s’agissant des contrats collectifs de santé, une politique tarifaire volontairement modérée, une bonne maîtrise des frais généraux et une sinistralité moins forte en 2015 qu’en 2014.

Mais la sécheresse estivale impacte la sinistralité climatique sur les récoltes dont le coût total s’établit à 21 millions d’euros.

Les capitaux propres de la caisse régionale Groupama PVL s’élèvent à 546,8 millions d’euros et sa marge de solvabilité est de 1124%, des niveaux très élevés qui traduisent la solidité financière de l’entreprise, avec des fondamentaux bien supérieurs à la moyenne du marché.

Groupama, comme toutes les compagnies d’assurances, travaille dans un contexte très tendu, expliquait Laurent Bouschon, directeur général adjoint de Groupama PVL lors de cette rencontre, le 24 mai au soir à Beauvais : sur un marché globalement stable et hyperconcurrentiel, les clients ou sociétaires disposent d’une offre élargie et mieux perceptible grâce à internet.

Et l’environnement réglementaire a changé, la loi Hamon ayant simplifié les possibilités de résiliation des contrats individuels d’assurances et raccourci les délais ; mais Groupama n’a subi que très peu de départs (1,5 %), et a même développé ses parts de marché en assurances autos et habitations. Un autre changement a été amené par la loi ANI, une loi d’adaptation sur le travail qui a renforcé la protection sociale des salariés en obligeant les employeurs à souscrire des garanties collectives santé ; il y a donc eu résiliation de nombreux contrats individuels de protection santé, impactant très fortement Groupama dont c’est le premier marché.

Mais une bonne stratégie interne et une communication adaptée ont porté leurs fruits: la contrainte s’est transformée en opportunité pour Groupama PVL, chez qui il y a eu plus de 15.000 bénéficiaires en protection santé supplémentaires entre mars 2015 et mars 2016, expliquait Laurent Bouschon. Et sur les deux premiers mois de 2016, Groupama PVL souscrivait des contrats collectifs santé avec 100 nouvelles entreprises par semaine.

Son chiffre d’affaires 2015 et début 2016 est en hausse, reflétant une politique tarifaire limitée, un développement net en amélioration auprès d’une clientèle fidèle, et une bonne maîtrise des frais généraux; le ratio combiné s’établit à 94,8%, en recul de 1 point au regard de 2014 et résolument en-dessous de la norme de 98%.

2015 marque également une amélioration sensible de la production nette lARD (incendies, accidents et risques divers) qui s’établit à -3,7 millions d’euros (-9,5 millions d’euros sur l’exercice précédent) avec un solde positif en nombre pour l’automobile et l’habitation.

 

Dans l’Oise

Denis Pype, vice-président de la caisse régionale et président de l’établissement de l’Oise, et Jean-Jacques Fieffé, directeur de l’établissement de l’Oise, ont également observé une très belle année sur l’ensemble des marchés dans ce département, en particulier en assurances autos, avec +6%, et habitations. La caisse reste leader en couverture risques en agriculture (elle a même enregistré 49 exploitations en plus parmi ses sociétaires) et auprès des collectivités locales.

Groupama est le premier assureur en agriculture, en santé individuelle et des collectivités locales; et il est le deuxième sur le marché français de l’assurance en habitation et en garanties accidents de la vie. Un acteur incontournale donc.

Denis Pype confirme la volonté de maintenir un fort ancrage territorial : Groupama doit être un acteur des territoires, proche de ses clients et sociétaires. Les agences ont été rénovées, de nouvelles fonctions ont été ajoutées grâce à des collaborateurs plus nombreux dans les agences locales, pour diversifier les services, en produits de banque et d’assurances: il faut que ces agences soient «des lieux de vie et de services», dit-il, pour animer le réseau, en complément des contacts à distance, par téléphone ou internet.

Certificats mutualistes

La dernière assemblée générale a décidé l’émission des certificats mutualistes. «C’est un produit d’épargne, un placement à long terme, sûr et rentable» a expliqué Denis Pype. Les sociétaires pourront dès le mois prochain, acheter des titres nominatifs, d’une valeur individuelle de dix euros, qui donneront lieu à une rémunération annuelle liée aux résultats de la caisse régionale. La souscription minimale sera de 1.000 €. Groupama est le premier assureur français à proposer ce placement, déjà testé dans deux autres caisses régionales. Cela représente une possibilité supplémentaire de renforcer les fonds propres de la Caisse régionale et d’augmenter sa capacité d’investissement et d’innovation sur son territoire.

Avec ce dispositif d’épargne d’un nouveau genre, sécurisé et au potentiel de rémunération attractif, Groupama Paris-Val-de-Loire réaffirme son rôle d’acteur territorial et renforce ses liens avec ses sociétaires en leur offrant la possibilité de partager la valeur économique de la mutuelle. «Un cercle vertueux que l’on veut lancer» dit Denis Pype puisqu’avec ce dispositif d’épargne d’un nouveau genre, sécurisé et au potentiel de rémunération attractif, Groupama Paris-Val-de-Loire réaffirme son rôle d’acteur territorial et renforce ses liens avec ses sociétaires en leur offrant la possibilité de partager la valeur économique de la mutuelle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Oise Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui